lundi 23 mars 2015

c3c Story - Atomic Truck - Partie 1



Début du XXIe siècle, l'hémisphère nord est frappé par une période glaciaire : Les métérologues s’étaient trompés sur toute la ligne : ils avaient annoncé un réchauffement progressif de la Sibérie et c’était l’inverse qui s’était produit. Les hivers se faisaient de plus en plus rude. Peu à peu, les multinationales agroalimentaires avaient dû abandonner des territoires devenus inexploitables.

Pendant que l’hémisphère nord se refroidissait, l’hémisphère sud affrontait les terribles conséquences du grand trou d’ozone austral. Les savants avaient enfin identifié le mécanisme du phénomène : la navigation aérienne en était responsable à 45%. Il avait fallu se résigner à limiter sévèrement le transport aérien sous peine de voir des populations entières décimées par le cancer de la peau.




C’est dans ce contexte de grandes inquiétudes climatiques et environnementales qu’était née la « Circumpolaire 3 Continentale ». (C3C), une immense autoroute capable de desservir trois continents –Eurasie, Afrique, Amérique – et de remplacer le fret aérien par les transports routiers…

La C3C contourne l’océan arctique et joint Paris à New York, par voie terrestre avec des connexions vers Pékin et Rio de Janeiro. Les trois branches transsibériennes de l’autoroute se rejoignent à Zigansk sur le cercle polaire, au cœur d’une Sibérie.


D’autres ramifications assurent la circulation des biens et des personnes vers le Moyen Orient et l’Afrique, traversant d’antiques régions où les feux de l’Histoire lointaine ou récente n’attendent parfois, pour se rallumer, qu’un souffle …. ou l’air déplacé par un camion …


C3C Story – Atomic Truck –

Partie 1  : Retraitement 



16 avril 2021, 14h03
Centre de retraitement des déchets radioactifs au nord de la France




Paul RADON, directeur du centre RECYCLATOME: « Aujourd’hui 16 avril 2021, cela va faire 58 ans que le transport  de combustibles usés, reconditionnés ou différentes matières nucléaires sont acheminés à travers l’Europe »



Paul RADON: « Nous avons toujours placé la sécurité du transport nucléaire au cœur de nos priorités. Les charges transportées s’échelonnent de quelques dizaines de kilos à plusieurs dizaines de tonnes, voire plusieurs centaines de tonnes quand il s’agit d’acheminement par bateau »





Paul RADON: « Nous comprenons les craintes des écologistes mais aussi des populations où passent nos convois. Les antinucléaires sont d’autant plus virulents que les convois de camions ou de wagons sont très exposés à des coups médiatiques »





Paul RADON: « A chaque client nous adaptons notre type de transport particulier. Les trains sont chargés par exemple, au dernier moment et les convois roulent de jour comme de nuit, en fonction d’itinéraires qui peuvent parfois changer aussi au dernier moment »





Paul RADON: « Les wagons « Castors » (nom des conteneurs transportant des déchets ou reconditionnement de matière nucléaire) qui se trouvent derrière moi ont été conditionnés pour résister aux chocs violents, chutes, incendie ou même immersion »





Paul RADON : « Nous voyons le chargement d’un wagon CASTOR avec du combustible nucléaire civil qui va retourner en Allemagne , pour intégrer la centrale de GROHNDE»





Paul RADON: « On se souvient que  l'Allemange, en annonçant au lendemain de la catastrophe de Fukushima sa sortie du nucléaire d'ici à 2022, voulait montrer l'exemple et prouver qu'une économie puissante pouvait s'éclairer et se chauffer sans avoir recours à l'atome. »





Paul RADON: « Mais c’était sans compter avec la nature et les conditions climatiques extrèmes. L’Allemagne dut se rendre à l’évidence de sa dépendance à cette énergie face au refroidissement du nord de l‘Europe et de son besoin d’énergie pour le chauffage et pour son économie industrielle…. »




Paul RADON: « Nous savons qu’en Allemagne les organismes antinucléaires vont organiser plusieurs manifestations pour réaffirmer leur opposition »





Paul RADON: « mais aujourd’hui, avec ce transfert, nous fêtons le 12.000 ème voyage sans incident»


 
20 minutes plus tard



 
Big Ben : « Bon bin je vais refermer ce podium »

Paul RADON: « Vous allez prendre la direction de la ville frontière où va passer ce convoi pour présenter ce 12.000 ème voyage dans les villes étapes. Hermann SECURE va vous indiquer l'itinéraire... »





Hermann SECURE, directeur de la sécurité de la SELMER : « Bon, mes hommes vont s’occuper de refermer votre camion. Je vais vous montrer l’itinéraire que vous prendrez pour installer ce camion-podium. »

Big Ben : « Très bien…»




Paul RADON : « Voilà maintenant le départ du combustible …. »





La foule : « Mazoutés hier, radioactif demain !!! Mazoutés hier, radioactif demain !!! Mazoutés hier, radioactif demain !!! »


Homme au casque jaune : « Z’est bon, le convoi part comme prévu … »


    









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire